Marguerite de Valois, dite la reine Margot

Un site présenté par Eliane Viennot


accueil
vie
œuvres
légende
bibliographie
Les ami/es de Marguerite

Anne d'Urfé

Himne de Sainte Suzane, «A la Perle de France». In Le Premier livre des Hymnes de messire Anne d’Urfé, conseiller du roi en son Conseil d’état. Lyon, P. Rigaud, 1608.

Sonnet à la Reine Marguerite.

Reine, la digne Sœur du Roi mon premier Maître,
Qui fut tant qu’il vécut des Muses favori,
Mettant mes vers au jour, je serais bien marri
Qu’on n’y vit votre Nom clairement apparaître.

Je ne faisais encore bonnement que de naître,
Qu’il m’honora d’états ; et si m’en vis chéri
(Sans l’avoir mérité) cinq ans qu’il m’a nourri ;
Et le Ciel me l’ôta quand je commençais d’être.

Cette obligation, avec le doux accueil
Dont il vous plaît chérir les Muses d’un bon œil,
Me fait vous dédier ce fruit de mon Automne.

Le Don semble petit pour vous le présenter ;
Mais il sera bien grand s’il vous plaît accepter
La bonne volonté de celui qui le donne.

Texte établi par Sophie Cinquin, avec la collaboration d'Éliane Viennot (orthographe et ponctuation modernisées; majuscules respectées sauf cas introduisant des confusions; quelques alinéas créés dans les textes longs).

mis en ligne le 8.1.2012


Le texte ci-dessus est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France

Contact ı••••••••Mentions légales ı••••••••Plan du site ı••••••••Favoris